Sans frame
No frame

Plan du site
To index page

Tous mes sites
To all my Web sites

Choose your language:

Google translator

(Traductor, traidor!)

Circuits passifs, filtres, et musicalité

Promouvoir cette page sur Google

Théorie - Theory

  Nous avons vu que la sonorité du micro électromagnétique théorique (sans raccordement extérieur) est entièrement décrite par la force électromotrice (ou f.e.m.) qu'il produit (les cuistres diraient "qu'il génère", anglicisme abominable).

Cette f.e.m. (exprimée en volts), est elle-même totalement décrite pas la "formule caractéristique du micro".

Mais un tel micro (dipôle actif), non raccordé à un circuit externe (ou "circuit de charge"), est par escence totalement muet s'il n'est raccordé à son circuit d'utilisation (dipôle passif ou actif).

  • Le cas d'une utilisation par "dipôle actif" ou "quadripôle actif" est constitué par l'utilisation d'un circuit alimenté par un générateur accessoire (pile ou autre), qui fournit une énergie complémentaire.
  • Mais dans le cas général, le circuit de charge est constitué d'un dipôle passif, constitué de circuits dits "embarqués" (potentiomètres, accessoires, et leurs liaisons), suivis du fil de liason au préampli (ou à un éventuel émetteur radio), lui-même suivi de l'impédance d'entrée du préampli (ou de l'éventuel émetteur radio).

Finalement, il s'agit d'une charge résumée à une simple impédance, qui permet au micro de débiter une (faible) intensité (exprimée en Ampères), donc de produire une certaine puissance (exprimée en Watts).

Dans ces conditions, la charge dans laquelle débite le micro est un filtre:

  • qui ampute ou affaibli sélectivement certaines fréquences du signal audio (de façon supposée désirée),
  • et induit, de plus, des capaciés de fuite parasites (généralement non désirées),
  • d'où:

Haut de page

En pratique - Facts

  Depuis le "preneur de son" (le voleur de son), relayé par la digitalisation et le CD, puis par le diffuseur (compagnie de disques, émeteur radio ou télé), en passant par le constructeur de chaînes Hi-Fi (lecteurs, amplis et enceintes), chacun (par paresse, confort ou désir de lucre) rabotte un peut de la part de dynamique et d'information contenue dans la manipulation musicale dont il est responsable.

Seul le musicien avisé garde un peu de dignité en choisissant convenablement son instrument et les conditions de l'émission du son original, par exemple en privilégiant les amplis à tube (pour la guitare électrique).

Le son, pauvre bougre, châtré par l'accumulation des trahisons qui, jusqu'au MP3 caricatural, le guident jusqu'à l'auditeur, prisonnier du système.

Aux armes, etc... chantait Serges Guinsbourg pour amuser la gallerie.

Aux armes!, guitariste électrifié, crie-je à mon tour.

Débarassez vous de toutes les adjonctions vendues par les gourous, et qui vous empêchent de réellement progresser

Comme le préconisaient les frères Jacobacci, cher lecteur adoré, joue donc avec le minimum d'électronique embarquée, pour participer le moins possible au massacre musical organisé par l'industrie.

J'entends d'ici les récriminations du guitariste lamda: mais comment vais-je obtrenir "le son" ?

Et bien, ... avec tes doigts, mon p'tit gars!

Doigts aidés par un habile choix de l'ampli et des éventuelles "pédales d'effets", circuits cette fois-ci actifs.

Et si ma déontologie perso refuse tout effet électronique, nul n'est moralement obligé de me suivre.

Et toi, auditeur maltraité, vas écouter les concerts en vrai direct, sans sonorisation affadisante.
Vu le déplorable état des lieux, je crains fort qu'il ne te reste que les concerts de musique classique (il n'y a pas de honte).

Alors, tu éviteras peut-être d'attraper la surdité musicale qui permet aux médiocres de subsister, voire, de triompher à tes dépens (non Johnny, je ne t'ai pas cité).

NB: vous aurez reconnu Johnny Olida, le chanteur qui à enregistré chez Paté (deux fois, évidemment).

Haut de page

Poil à gratter - Itching powder

 
Le capitalisme, c'est l'expoitation de l'homme par l'homme
et le syndicalisme, ... c'est le contraire!
(Coluche dans son sketch "Le syndicat")

Et bien, c'est pareil pour la musique:

Le music-business, c'est des sourds qui parlent aux sourds.
Et la musique ?
C'est le contraire!

En fait, les dés sont pipés, et la musique telle qu'on l'entend actuellement est confisquée par le mucic-business.

Mais on ne se laissera pas faire!

Haut de page

Avez-vous aimé ce site ? Désirez-vous le recommander à un ami ?

Haut de page


Mise à jour, par Jean-Pierre "lbop" Bourgeois, Ingénieur-conseil ©
 

 Page réalisée sur Mac , et vérifiée avec Firefox, Mac et PC Firefox 2