Sans frame
No frame

Plan du site
To index page

Tous mes sites
To all my Web sites

Organologie énergétique de la guitare électrique,

cordophone atypique: acoustique, électromécanique et électro-analogique.

(Voir également la "typologie des instruments de musique")

Théorie - Theory

 

1 - La guitare électrique proprement dite:

En oubliant les différentes autres variétés de guitares qui sortent de notre propos, la guitare électrique proprement dite (supposée non ré-amplifiée), est un instrument relativement complexe, dont le fonctionnement peut se résumer dans le diagramme fonctionnel énergétique suivant:

En rouge, le sens de propagation et la nature des énergies mises en jeu.

NB: Energies mécaniques et acoustiques ont été ici artificiellement distinguées, uniquement pour se conformer à l'usage.

Entre le "médium" (doigts, médiator, archet, e-bow, etc.) et l'auditeur situé dans la "salle d'écoute" (pour une guitare non ré-amplifiée), on trouve une chaîne de transferts d'énergies mécaniques, électromagnétiques électriques ou acoustiques, éventuellement doublée "boucles de contre-réactions" (ou réactions) diverses, qui donnent à l'instrument son caractère unique.

En particulier, les "réactions électriques" bien connues des électroniciens, s'y trouve enrichies de "réactions mécaniques" dues à la lutherie (au sens classique) et à des "réactions acoustiques" (trop souvent ignorées).

De sorte que, seul le médium (donc le musicien) se trouve libre de son action, la lutherie de la guitare s'étendant, au travers de l'ampli, jusqu'à la salle d'écoute.

En ce sens, la "lutherie" de la guitare électrique est encore plus complexe que celle de la seule guitare, qui est déjà d'une complexité ... affolante.

De plus, la relation électro-magnétique micro-corde, par l'intermédiaire de la fenêtre de lecture, induisant une dimension d'ordre analogique, on peut même conclure que la guitare électrique échappe totalement aux classifications classiques des instruments de musique.

Elle se situe en effet au carrefour des cordophones acoustiques et électromécaniques, voire, partiellement électro-analogiques.

Enfin, ont été sciemment ignorés, pour ne pas compliquer le diagramme:

a - les rôles de filtres, joués par l'assemblage de:

  • l'impédance interne du micro
  • celle des circuits embarqués
  • le fil de liaison guitare-ampli
  • l'impédance d'entrée de l'ampli (ou du préampli)

b - les pertes par frottement, responsables de pertes de "sustain".

Pour mémoire, les pertes négligeables:

  • les pertes dues aux frottements aériens des cordes, qui restent négligeables
  • les pertes électriques dans le cicuit des micros, également négligeables, en raison des faibles intensitées mises en jeu

Plus pesantes sur le "sustain":

  • les pertes par rayonnement acoustique du corps de guitare,
  • les pertes par frottements internes dans le même corps,
  • les pertes aux points d'appuis des cordes sur le corps de guitare: frettes (ou touche) où le doigt joue un rôle d'amortisseur, chevalet,
  • les pertes par frottement interne dans les cordes, appréciables, dans le cas de cordes inhomogènes, dites "filées" et principalement les "filées plat" ou "flatwounds".

2 - La guitare électrique ré-amplifiée:

Trois cas sont envisageables:

1 La ré-amplification se limite à une "sonorisation" de la salle d'écoute.

    • Dans le principe, la guitare-ampli-salle d'écoute n'est que prolongée par la sonorisation.
    • Mais la musicien n'est plus totalement libre du résultat final, qui lui est souvent inconnu, voire, atrocement mutilé par le preneur (voleur?) de son.

2 La ré-amplification est destinée à une diffusion "exotique" (disque, digitalisation, retransmission à distance, etc.).

    • Le "n'importe quoi" est prévisible, surtout si le mauvais goût de l'auditeur participe aux choix et réglages de sa (trop) chère "chaîne Fi-Fi".

3 L'incompétence du preneur (voleur) de son, impose au musicien une "prise de son directe", à partir de la seule guitare ou du seul préampli.

    • Il ne s'agit plus d'une guitare électrique.
    • Et le musicien, privé du feed-back, trompé par le prisme déformant de l'écoute au casque qui lui fait entendre ses propres couleurs factices, ne joue plus son instrument, mais celui du preneur (voleur) de son".
   Haut de page

En pratique - Practical

 

Par manque (que j'espère provisoire) de fondements théoriques valables, il n'est nullement nécessaire d'approfondir l'ensemble des transferts d'énergies cités.

Il suffit au musicien de ne pas les ignorer et de savoir:

  • Par exemple, comment minimiser ou, au contraire, exacerber certains phénomènes, comme le feed-back.
  • Qu'il soit conscient, en particulier, que la "fonction" la plus important d'un corps "solid body", est de diminuer le retour acoustique de la salle sur le corps de la guitare.
  • De même il lui est utile de savoir que les réactions acoustiques sur un ampli à transistors sont pratiquement annulées, contrairement à un ampli à lampes, qui peut se révéler "fortement microphonique".
  • Enfin, qu'il se persuade, que, sauf usage privé pour convenance personnelle ou "monitoring du pauvre", le casque devrait être réservé ... aux salons de coiffure pour dames.

   Haut de page

Poil à gratter - Itching powder

  Bon!

Mon ignoble tricherie se dévoile.

Sont malignement laissés de côté, les très (trop?) fameux circuits embarqués :

  • les "switches", "potards", "condos" et "selfs", si chers aux bricolos de tous poils,
  • ainsi que la perfide (mais occulte) impédance interne du micro, chouchoutée par les "commerciaux", en manque d'arguments techniques,
  • enfin les fileries les tricotant, parsemées d'impédances parasites, plus ou moins identifiables et localisables.
C'est que je pense que ce ne sont que des freins, par rapport au véritable moteur du micro, qui est la "force électromotrice" crée par le mouvement des cordes.

D'ailleurs, si je ne m'abuse, les électroniciens les nomment, à juste titre: circuits passsifs!

Je ne m'abuse donc pas, ... mais m'en amuse.

Haut de page

Vous avez aimé ce site? Vous désirez le recommander à un ami?
Did you like this site? Wanna tell a friend of yours?
 

Haut de page


Mise à jour, par Jean-Pierre "lbop" Bourgeois, Ingénieur-conseil ©
 

 Page vérifiée avec Firefox, Mac et PC Firefox 2