Sans frame
No frame

Plan du site
To index page

Tous mes sites
To all my Web sites

Choose your language:

Google translator

(Traductor, traidor!)

6 - Influence de l'emplacement du micro

Etude (en cours de révisions ) de quatre positions remarquables

(Merci au site de Patrice Rabiller pour son efficace traceur de courbes)

  • Poil à gratter (âmes sensibles, s'abstenir)
    Itching powder (not for people of a nervous disposition)

  • Théorie - Theory

     

    Trois positions de micro fort usitées méritent une étude, ainsi qu'une position rarement utilisée.

    • 1 - La position la plus proche possible de la touche, ou pré-Curbillon, qui ne peut exister que si la touche est suffisamment courte, position assez rare dans la pratique des luthiers.

    • 2 - La position, dite "de Curbillon", micro axé au niveau de l'harmonique 4 (double octave) de la fondamentale, position réputée pour donner le meilleur équilibre sonore en jazz.
      C'est la position généralement choisie par les luthiers et constructeurs, pour la configuration dite "neck", "aigus" (sic!), "rythm (re-sic!), ou "jazz".

    • 3 La position intermédiaire, souvent intitulée positon du "micro du milieu", qui donne, comme son nom l'indique une sonorité "intermédiaire", que nous allons tenter de définir.

    • 4 - La position, dite "de Vendamini", micro proche du chevalet, qui offre un son agressif, particulièrement prisé par les "rockers".
      Elle est habituellement désignée par configuration "bridge" ou "solo" (re-re-sic!).

    Pour raison de simplicité, ces quatre cas seront restreints à une corde de Mi aigu, avec un diapason assez usuel de 64 cm, pour un même micro de largeur de fenêtre supposée égale à 4 cm.

    En fonction des paramètres définis à la page "fenêtre de lecture d'un micro", la pondération caractéristique A(f), du micro situé à la distance moyenne du chevalet, vaut:

    A(f) = e/emusicale = sin(2πfd/Lf0)sin(2πfX/Lf0)

    Mais, ici toujours avec: f0 = 329.63 Hz, L = 64 cm, X = 4/2 = 2 cm et f2 = Lf0/2X = 5274 Hz

     
       Haut de page

    En pratique - Practical

     

    1 - Position pré-Curbillon:

    Si la touche et suffisamment courte, le micro peut effectivement être placé à une distance d du chevalet, supérieures à L/4, ce qui n'est pas toujours réalisable.

    On a , comme convention générale, f0 = 329.63 Hz, L = 64 cm et X = 2 cm et f2 = 5274 Hz, mais de plus d>L/4=16 cm , soit:

    f0 = 329.63 Hz, L = 64 cm, X = 2 cm, d = L/4 = 16 cm , f2 5274 Hz et f1 < 659,26 Hz

    En fonction de la construction de la touche, il reste généralement peu de place pour un tel micro.

    Nous supposerons donc d > 16 cm, mais peu différent de 16 cm.

    Par exemple d = 18 cm. En ce cas, f1 = Lf0/2d = 586 Hz et,

    A = sin(2πfd/Lf0)sin(2πfX/Lf0) = sin(πf/f1)sin(πf/f2) = sin(5,3611 10-3 f)sin(5,95675 10-4 f)

    Soit, la courbe de variation de la tension aux bornes du micro, en fonction de la fréquence:

    • en vert, la courbe de sin(πf/f2), associée à la fenêtre de lecture du micro de longueur 2X

    • en rouge, celle de sin(πf/f1), associée à la distance  d entre micro et chevalet

    • en noir, la variation A de tension de sortie

    Courbe de A = e/emusicale , en fonction de f

    Grossièrement dit, la variation de tension de sortie est sinusoïdale, de fréquence f1 = Lf0/2d, modulée par une sinusoïde de fréquence f2 = Lf0/2X.

    Par rapport à la courbe suivante (position de Curbillon), on voit que le spectre est relativement régulier, mais légèrement plus faible en intensités maximales.

    2 - Position de Curbillon

    On a , comme convention générale, f0 = 329.63 Hz, L = 64 cm et X = 2 cm et f2 = 5274 Hz, mais de plus d=L/4=16 cm , soit:

    f0 = 329.63 Hz, L = 64 cm, X = 2 cm, d = L/4 = 16 cm , f2 5274 Hz et f1 = 659,26 Hz

    et

    e/emusical = sin(2πfd/Lf0)sin(2πfX/Lf0) = sin(πf/f1)sin(πf/f2) = sin(4,765 10-3 f)sin(5,95675 10-4 f)

    Soit, la courbe de variation de la tension aux bornes du micro, en fonction de la fréquence:

    Courbe de A = e/emusicale , en fonction de f

    3 - Position intermédiaire

    On a , comme convention générale, f0 = 329.63 Hz, L = 64 cm et X = 2 cm et f2 = , f2 5274 Hz, mais en plus on suppose arbitrairement d=L/8=8 cm , soit:

    f1 = Lf0/2d = 4f0 = 1318.52 Hz

    e/emusicale = sin(2,3125 10-3f)sin(5,95675 10-4 f)

    Soit, la courbe de variation de la tension aux bornes du micro, en fonction de la fréquence:

    Courbe de A = e/emusicale , en fonction de f

    La distribution des fréquences est ici fortement irrégulière, entraînant une sensation auditive de déséquilibre, par rapport à position de Curbillon, qui serait alors la position la plus "équilibrée".

     

    4 -Position de Vendramini

    Supposons que la distance d (entre axe du micro et chevalet) diminue, vers une position dite "bridge". Alors il existe une position privilégié  (d = X), où cette distance égale la demi largeur de fenêtre.

    Dans cette position, f1 = f2 

    Alors la tension de sortie est proportionnelle à:

     e/emusicale = sin(2πfd/Lf0)sin(2πfX/Lf0) = sin2(2πfd/Lf0) = sin2(2πfX/Lf0)

    Dans le cas étudié ici, on a:

    f0 = 329.63 Hz, L = 64 cm, X = 2 cm, d = 2 cm, et f1 = f2 = 329.63 x 64/2 = 10548 Hz

    et

    e/emusicale = sin(5,9675 10-4 f)2

    Soit, la courbe de variation de la tension aux bornes du micro, en fonction de la fréquence:

    • en vert, la courbe de sin(πf/f2), associée à la fenêtre de lecture du micro de longueur 2X

    • confondue, celle de sin(πf/f1), associée à la distance  d entre micro et chevalet

    • en noir, la variation de tension de sortie

     

    Courbe de A = e/emusicale , en fonction de f

    La f.e.m. se retrouve redressée, avec un effet maximal de distorsion.

    De plus, si la distance d diminue encore, la fenêtre déborde au-delà du chevalet, où le micro n'est plus sensible qu'aux bruits transmis par les cordes.

    Il semble donc, que, comme l'avait subodoré le luthier Vendramini, il existe une limite au à un rapprochement du micro vers le chevalet, au-delà de laquelle, le micro cesse de fonctionner utilement.

    Cette limite, que je nomme limite de Vendramimi, semble coïncider avec le bord de la fenêtre magnétique du micro, qui ne devrait jamais dépasser le chevalet.

    Enfin cette limite, évaluée au départ à 2 ou 3 centimètres, varierait, en fait, en fonction de la largeur de la fenêtre, c'est-à-dire du circuit magnétique utilisé pour construire le micro.

       Haut de page

    Poil à gratter - Itching powder

     

    Comme vous l'avez constaté, les exemples n'ont concerné qu'une variation de la distance d comptée à partir du chevalet, en laissant la fenêtre du micro constante.

    Cela revient à déplacer le même micro.

    Mais quel serait l'effet de l'élargissement de la fenêtre, par exemple par un changement du circuit magnétique, pour un micro fixé à un emplacement donné?

    L'effet sur les courbes serait une dilatation de la courbe en vert, la courbe en rouge restant intact.

    Auditivement, conformément à l'expérience, le son du micro s'en trouverait simplement "plus doux", "plus plein", si ces termes ont réellement un sens.

    C'est ce qu'on constate, par exemple en passant d'un "single coil" à un double bobinage, d'un P90 à un Charlie Christian, etc.
    Mais il faudrait également tenir compte des changements d'impédances, qui interfèrent avec la sonorité propre à la fenêtre.

    On se retrouverait alors avec beaucoup trop de cas d'espèces qu'il faudrait traiter individuellement.

    Haut de page

    Vous avez aimé ce site? Vous désirez le recommander à un ami?
    Did you like this web site? Do you want to tell a friend of yours?
     

    Haut de page


    Mise à jour, par Jean-Pierre "lbop" Bourgeois, Ingénieur-conseil ©
     

     Page réalisée sur Mac , optimisée et vérifiée pour Firefox, Mac et PC Firefox 2